S’aimer c’est agir…

 In A mediter, Leadership

Et si s’aimer était une décision saine ? L’idée n’est pas de tomber dans le narcissisme. Combien de fois m’est-il arrivé de poser la question à mon client « entre 0 et 10 quel est ton niveau d’amour pour toi ? » et de me retrouver face à ce silence un peu gênant ? Les réponses sont variables, vous vous en doutez bien. Mais souvent, il est difficile d’y répondre.

Le thème de cet article m’est venu en animant ma dernière soirée “L’Air de Rien” à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes où nous avons mis à l’honneur nos aînéEs.

Confrontés aux critiques sans fondement, à des feedbacks qui n’en sont pas, à une pression qui remet en question voire bouscule l’estime, la confiance, l’amour de soi de mes clients, dans la base de mon accompagnement, nous prenons le temps ensemble de (re)poser les bases de leurs identités. L’amour de soi en fait partie… Je m’entends souvent dire « Pour être aimé, il est important de s’aimer ».

Alors voici un recensement de toutes ces astuces proposées par mes clients ou moi-même sur le sujet de l’amour de soi :

1. Trouver des instants de vibrations comme écouter chaque matin une musique qui vous donne de l’énergie positive. Moi, j’écoute Jerusalema, ce tube zoulou qui a fait un carton dans le monde entier.

2. Stopper la comparaison en se déconnectant des réseaux sociaux. Je suis en cure en ce moment. Depuis décembre 2020, je n’ai rien posté sur les réseaux sociaux. Je travaille sur une nouvelle stratégie digitale et en attendant ça me dégage du temps pour approfondir d’autres points.

3. Se connecter à la nature. Comme beaucoup d’entre vous, je travaille depuis mon bureau. Et bien, j’ai pris l’air à la mer du côté de Fort Mahon, Quend pendant ces vacances d’hiver. Pas besoin d’aller si loin, un tour dans votre jardin, dans un parc à regarder le ciel suffit pour se régénérer. Essayez !

4. S’accepter, la base de tout. Je disais à mon collectif de femmes lundi soir, que mon amour pour mon ainée comprenait sa partie sombre. Pour le pire et le meilleur, le tout. Pensez-y et peut-être que vous vous accepterez davantage. Ce qui fait de vous votre singularité, ce sont vos talents, vos qualités, associés à vos défauts. La séquence du quizz des talents dans mes accompagnements « rebooste complètement » (expression d’une cliente » et invite au respect de soi.

5. Dire non quand on pense non : c’est un acte d’amour pour soi, si si…

6. Pratiquer la gratitude : un acte qui paraît léger mais qui, l’air de rien, impacte considérablement l’état d’esprit. Au lieu d’être focalisé sur ce qui n’existe pas ou sur ce qui va mal, on fait appel à tout ce qui vaut la peine d’être remercié, petites ou grandes réussites (il y en a tant). La reconnaissance fait partie des éléments magiques de la vie.

7. Aimer ses amis, sa famille, ses voisins, ses proches c’est savoir repérer et écarter les personnes toxiques de son entourage. A l’aide de votre intuition, entourez-vous de personnes qui vous font du bien et montrez-leur régulièrement que vous les aimez pour ce qu’elles sont. C’est tellement bon à vivre !

8. Donner un peu de votre « temps, argent, énergie » : dans mon cas, c’est laisser le flux circuler. Je lui permets ainsi de revenir vers moi sous une forme ou une autre. Un enseignement que j’honore depuis des années. Merci à mes aînéEs pour la transmission de cette valeur sûre.

Les aînéEs sont souvent une source d’inspiration pour nombre d’entre nous. L’expérience personnelle vécue à leur côté a pu influencer la femme ou l’homme que vous êtes aujourd’hui. S’inspirer de nos aînéEs donne de la force, de l’ambition*, du courage, de la puissance aussi. Et pas que…

En prenant le temps d’y réfléchir, avec un café ou un thé à la main, parmi vos aînéEs quelle est celle qui a fait l’homme ou la femme ambitieux(se)* que vous êtes devenu(e).

*L’ambition c’est rêver, oser, travailler et ne rien lâcher

Recent Posts
Showing 2 comments
  • Claire de Loynes
    Répondre

    Merci pour cette collection de jolis conseils simples et vrais… la quête quotidienne de vibrations, la rencontre avec la nature, apprendre à reconnaître que notre personnalité est l’addition de nos qualités et de nos défauts et accepter cet alliage chez l’Autre…merci d’oser dire qu’il est bon – pour parvenir à une bonne estime de soi – d’écarter les personnes toxiques : tant que l’on n’est pas un professionnel de l’accompagnement, ne pas s’ériger en mère Theresa est prudent ! Les profils psychologiques sont tenaces… il faut être déjà soi-même bien fort pour envisager d’être capable d’aplanir les aspérités de certains individus. Par ailleurs, les différents âges de la vie jouent sur notre solidité psychologique, là où notre rôle dans le cadre professionnel nous construit et oui soutient à condition de s’engager vraiment… la période actuelle avec le frein sur les relations sociales et culturelles nous fragilise quelque peu… nous rappelant avec délices que l’essentiel pour nous, c’est bien la “chaleur humaine” et le partage…

    • Fanta Sangaré
      Répondre

      Tout à fait Claire, par les temps qui courent, ces rappels sont vraiment nécessaires. Ton propos m’évoque l’équilibre à trouver entre prudence, confiance et action. Hâte de reprendre nos échanges dans nos fabuleux restaurants parisiens…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Me contacter

Une question, un commentaire, une précision ? Postez-le ici. Nous vous répondrons d’ici demain.