La course de trop ?

Etait-ce la course de trop pour Usain Bolt ? Pris de douleur en plein relais 4×100 m, le sprinter Jamaïcain n’a pas pu terminer son dernier tour de piste aux championnats du monde de 2017. J’étais aussi effondrée que lui. Bon d’accord, j’exagère un peu… A Londres, l’homme le plus rapide de l’histoire a quitté le stade olympique blessé. Mais qu’importe. A mes yeux, cet homme a connu une carrière exceptionnelle.

Sa clé #1 : repérer son talent

child-1039751_1920A presque 16 ans, en 2002, Usain Bolt, est jugé trop grand et trop longiligne pour réussir dans le sprint professionnel. Pourtant, le jeune homme malgré une scoliose fait déjà parler de lui. « La grande tige » est le plus jeune champion du monde junior de l’histoire. Il est naturellement qualifié pour les Jeux Olympiques de 2004 à Athènes. Mais ses résultats sont archi-décevants. Il est éliminé en séries du 200m. Selon son père, il ne méritait pas de faire partie de la délégation mais la fédération jamaïcaine l’avait sélectionné. Il se doutait qu’il ne ferait rien de bon. Bolt était en retard dans sa préparation à cause d’une blessure à la cuisse.

Sa clé #2 : savoir ce qu’il veut

Beaucoup d’athlètes ne se seraient jamais remis d’un tel échec à cet âge-là. Pas Usain (mental d’acier). Il y avait de la déception au sein de l’équipe, de l’encadrement et des entraineurs. Mais pas chez Usain (mental d’acier). Il a continué à prendre du plaisir et à y croire (mental d’acier).

A cet âge-là, il n’y a pas que le sport dans la vie d’un jeune adulte, la fête, les jeux vidéo. Usain Bolt met du temps avant de mesurer son incroyable talent. Quand il a su ce qu’il voulait vraiment, il s’est concentré sur son travail et sur les Jeux Olympiques suivants.

Sa clé #3 : s’entourer de ressources externes à la hauteur de son ambition

head-826319_1920Les Jeux Olympiques d’Athènes sont l’événement déclencheur dans l’existence de Bolt. Trois mois après cet échec olympique, Usain prend une décision qui va changer sa vie. Il choisit Glen Mills comme entraineur sportif.  Coach Mills a démarré comme entraineur adjoint à l’âge de 16 ans. Pendant un demi-siècle, il a façonné des dizaines de sprinters, des finalistes olympiques et un champion du monde du 100 mètres. Son objectif est clair et SMARTE = faire d’Usain un champion olympique en 4 ans, aux jeux de Pékin, en 2008.

A l’allure posée, Coach Mills agit avec méthode. Prudent, il fait vérifier par un éminent médecin sportif à Munich que Bolt est récupérable. Rassuré, Mills commence un travail de reconstruction physique et technique, Usain Bolt possède en effet un « moteur de Formule 1, mais sa carrosserie est brinquebalante ».

Sa clé #4 : prendre un engagement avec soi-même

Ils se sont penchés sur sa puissance musculaire et la faiblesse générale de son corps. Jeune et inexpérimenté, Usain ne comprenait pas ce qu’on attendait vraiment d’un athlète professionnel. Sa force du moment : la détermination. Il débordait d’enthousiasme. Il était décidé à réussir. Mais sur certains points, Mills a dû le recadrer. Comme sur son assiduité aux entrainements, son implication et tous les petits détails de sa vie de champion.

Sa clé #5 : pousser ses limites et s’affirmer

ledge-2203667_19201,95 m, 90 kg de muscles. Je me calme… Une morphologie hors norme pour un sprinter. Je ne sais pas vous mais moi je craque… Trois fois par semaine, en salle de musculation, Usain repousse les limites de son corps et flirte sans cesse avec le risque de blessures.

Comme il rivalise avec les meilleurs athlètes du monde, il apprend à se mesurer à eux sans se laisser intimider. Mills travaille le mental de son champion. En compétition, Usain fait le show avant chaque départ, un rituel qui entretient son mental et sa confiance en lui.

Sa clé #6 : jongler avec l’effort et l’humour

Selon son coach, Bolt a des qualités très particulières. A la fois en tant qu’athlète et en tant qu’individu. Il est capable de se concentrer instantanément. Il n’a aucune difficulté à comprendre et à assimiler les instructions à l’entrainement. Et il comprend très vite. De précieux talents au service de ses objectifs.

Sans être un bourreau du travail, Bolt travaille dur si la situation l’exige. Après un échec par exemple, s’il doit s’entrainer deux fois par jour, il fera l’effort.

L’humour est l’un de ces ingrédients que Bolt utilise sans modération.

En Jamaïque, sous la chaleur et l’ardeur du soleil, il s’entraine sur la piste en herbe puis sur le tartan. Torse nu, il tire des cylindres métalliques sur des centaines de mètres. Je ne vous demande pas  de le visualiser dans l’action. Notez juste que c’est horriblement difficile à reproduire. A chaque entrainement. Inlassablement.

Il doit jongler entre son amour pour la fête et l’amusement et la nécessité de s’entrainer dur sur une période de 9 mois, chaque année. Parfois il n’y arrive pas. Et il se retrouve sous pression pour s’améliorer et retrouver le niveau nécessaire.

Sa clé #7 : un coach-mentor juste et orienté résultats

Bolt et Mills ont du respect et de l’amour l’un pour l’autre. Usain respecte Glen en tant qu’entraineur et mentor. Il sait lui exprimer sa gratitude. Tous deux se comprennent bien !

La mission de son coach : le guider et lui apprendre à souffrir. Waouh. Chaque séance de travail fait mal. Les demi-heures de massage avant d’enfiler les pointes sont les seuls moments de calme avant la tempête. Le respect mutuel entre les deux hommes est fondamental pour avancer vers ce but. Usain Bolt, qui lui est redevable de sa métamorphose, obéit sans restriction à son mentor, pourtant sans concession aux entraînements. L’entraîneur sait y faire et relâcher la pression quand il faut, alterner la carotte et le bâton. Et, les prières régulières à l’Eglise font partie du package. No discussion.

J’apprécie ce partenariat au service de leurs objectifs communs.

Sa clé #8 : un état d’esprit cohérent avec son objectif

archery-2721785_1920A la fin d’une séance d’entrainement, Bolt est souvent « HS ». Beaucoup de gens le voient courir et pense que c’est facile, naturel. Mais avant d’en arriver là c’est super dur, c’est du vrai boulot. Ce sont des jours et des jours de sacrifices, de souffrances.

Nous ne sommes pas habitués à voir Bolt vomir, stresser, souffrir sous l’effort. Par moment il a envie d’arrêter, de tout laisser tomber, de rentrer chez lui. Il se réveille certains matins en sachant qu’il n’en a pas envie. Le râton, qui s’installe dans sa tête, prend le dessus « rentre chez toi, arrête de courir, prend ta retraite, va jouer au foot, au golf ».

Dans le calme, Usain se reprend et repense à son but final. Il ne se donne pas le choix. Il respecte ses engagements et son but en tête.

En compétition, ses courses sont si fluides. Sans surprise, tout le travail se fait en coulisses, pour être prêt pour LA course en compétition. La préparation c’est bien 80% de la réussite.

Un palmarès très compliqué à relever !

Les Jeux Olympiques, c’est la consécration pour un athlète. Alors Bolt a été ultra-motivé.  Son message : « Si tu veux quelque chose et que tu sais comment aller le chercher, alors tu dois aller le chercher. C’est aussi simple que ça. J’y arrive de mieux en mieux parce que je sais ce que je veux et que je bosse pour ça ». Ca vous parle ?

Aux JO de Pékin en 2008, Après 4 années d’entrainement et de sacrifices, le travail a porté ses fruits, Usain était prêt et a impressionné. 3 épreuves, 3 médailles d‘or. Il a été sacré nouveau roi du sprint. A 21 ans, il est rentré dans l’histoire.

L’année suivante à Berlin, il a signé un nouvel exploit mondial : il a battu le record du monde à 9’58. Quand il a déclaré à quel point il était heureux, j’en était toute émue. Oui je suis fan ! Vraiment fan de « la grande tige » !

Son coach avait toujours rêvé d’entrainer un champion olympique. C’était gratifiant parce que ça représentait des années de travail, de la méthode et de la stratégie.

Usain Bolt est un athlète hors norme à tout point de vue. 13 ans de carrière à assurer le spectacle avant, pendant et après les courses. A quelques minutes d’un grand événement, il était fréquent de le voir danser sur le terrain d’entrainement.

A Rio, en 2016, Bolt a remporté une 3ème médaille d’or consécutive sur le 100 mètres. Du jamais vu dans l’histoire des JO. Au total, la star jamaïcaine a décroché 8 titres olympiques et 11 titres mondiaux. Il a loupé le dernier. Dommage mais pas dramatique. C’était sans doute la course de trop ! Sujet d’apprentissage ? Qu’en dites-vous ?

Par ses performances et son charisme unique, Bolt a été l’ambassadeur de tout un sport. Les clubs d’athlétisme ont vu leurs adhérents augmenter en nombre. Sa persévérance, sa détermination, ses failles, ses réussites, son charisme ont inspiré plus d’un. Moi la première !

Alors, que dites-vous d’un tel parcours à la fois audacieux, laborieux et glorieux ? Où en êtes-vous dans le vôtre ? Est-il aussi pétillant que celui d’Usain Bolt ? Vos objectifs sont-ils aussi clairs que les siens ? Partagez vos interrogations dans les commentaires et découvrez mon parcours ici !

 

Recent Posts

Laisser un commentaire